1ère session ordinaire du Comité d’Orientation et de Pilotage du PARASEP au titre de l’année 2020

Le Comité d’Orientation et de Pilotage (COPIL) du PARASEP s’est réuni au titre de l’année 2020. Au cours de cette assise, le Coordonnateur du PARASEP a procédé à la présentation du rapport d’activités 2019 et du Programme de Travail Budgétaire (PTAB) 2020-2021. A la suite des débats et décisions des membres du comité, des recommandations ont été formulées pour une meilleure orientation des activités du PARASEP.

DISCOURS DU COORDONNATEUR
Monsieur le Président du Comité de Pilotage
Messieurs les Membres du COPIL, quel que soit votre statut
Chers collègues
Quand M. Ohouko m’a appelé lundi dernier pour me demander de préparer un discours de bienvenue pour cette réunion, je me suis interrogé sur ce que je pourrais bien partager de pas banal avec cette audience.
Et ce matin, en quittant le bureau de la CeMOD j’y ai vu mon gilet de combat orange et j’ai décidé en fin de compte de ne pas porter cette veste qui nous rappelle une Cérémonie du 19 novembre. Ceci dit, ne vous détrompez pas, l’habit ne fait pas le moine.
Coordonnateur aujourd’hui, j’ai commencé ma première journée au PARASEP le 23 mai 2019. Pourtant mon histoire avec le PARASEP ne remonte pas à 2019 mais à 2015.
En effet, début 2015, une société allemande – AFC – me demanda de figurer sur leur offre pour la CeMOD. J’étais alors très motivé et candidat pour le poste d’Expert « Renforcement du Dialogue Public-Privé ». A la surprise de AFC nous n’avions pas gagné le contrat, même loin de là puisque que l’on me dira après que nos scores n’étaient pas bons.
Toutefois, mon histoire avec les Béninois ne remonte pas à 2015 mais bien à 1980. Alors qu’à la même époque de l’année – en janvier — je me battais pour nettoyer la poussière de l’harmattan dans mon appart à Abidjan, je fréquentais déjà beaucoup de citoyens de la diaspora. Etudiants et collègues, très sympathiques. J’étais frappé par le bon français Quartier Latin qu’ils maîtrisaient … et je me disais qu’un jour j’allais travailler dans ce pays aux gens sympathiques… qui ne pouvait pas ne pas devenir un pays émergent.
Mais ils se passèrent beaucoup de pays et d’années avant que je mette pieds au Bénin. Et quand j’annonça ma mobilisation imminente pour Cotonou à un ex-collègue avec l’expérience du pays celui-ci me disait que les béninois ne sont pas du tout des gens faciles. Ensuite, je me suis lancé dans la lecture du rapport d’évaluation à mi-parcours du PARASEP et je me suis dit oh la la.
Aujourd’hui donc je me suis enrichi d’une expérience dont je vais tirer les enseignements, comme je l’ai toujours fait dans mon parcours.
La réunion du 22 janvier marque le début de la fin de la phase opérationnelle du PARASEP. Pourtant, il reste encore beaucoup de choses à réaliser. Le PARASEP sera ce que vous en faites. Le PARASEP, en 2021, sera considéré soit comme un exemple qui peut guider les initiatives futures, qui constituera un tremplin, soit il reposera au cimetière déjà encombré des programmes des PTF. Et on se souviendra de nous pour ce que nous avons réalisé avec le PARASEP, et de manière générale ce que nous aurons fait avec notre existence sur cette planète.
Nous allons d’abord présenter un Rapport Annuel 2019 — en réalité un rapport où l’essentiel des activités a été réalisé en 6 mois. Ensuite, nous présenterons un projet de PTAB 2020 à mars 2021. Ce projet de PTAB se situe essentiellement dans la continuité. En effet, ce n’est pas à un 1 an de la fin de la phase opérationnelle que l’on change de stratégie, que l’on change les règles du jeu. Par contre, la tactique devra encore voir des évolutions afin de s’assurer un taux de réalisation physique élevé.
Le projet de PTAB préconise la simplification et la flexibilité afin de préparer dans l’enthousiasme la clôture du PARASEP en 2021, un projet PARASEP qui malheureusement a trouvé ses origines en 2012-2013-2014 dans un modèle inutilement complexe.
Je dirai pour conclure — en paraphrasant Steve Jobs, entrepreneur qui créa Apple en 1976 — que l’on a toujours intérêt à travailler dur pour garder les choses simples
Je vous remercie pour votre attention.